(L)A(n)dy Warhol, au Fotografiska museet

Par défaut

LAndy Warhol

au Fotografiska Museet de Stockholm (Suède), du 10 decembre au 20 mars.
http://en.fotografiska.eu/The-Museum/Exhibitions/Lady-Warhol
visité en compagnie de Y&E par un dimanche après-midi enneigé mais pas trop.
Lady Warhold, affiche de l'expo

Lady Warhol, affiche de l'expo

Se grime t-il ou se pare t-il? A partir de quand devient-on femme ? Il ne s’agit pas de seins et d’utérus, il s’agit de se sentir femme. Et comment le traduire en photo ?

Au fil des clichés et des perruques, plusieurs femmes se composent, différents caractères prennent corps sur la pellicule: l’allumeuse à la lady, de la femme libérée à la femme enfant. Le maquillage reste le même, seule la chevelure change. Pourrait-on dire que c’est à l’agencement de ses cheveux qu’une femme dévoile son tempérament et dit au monde qui elle est ? (selon Warhol en tout cas)

Parfois, on voit l’homme qui s’est paré ; ailleurs on oublie ses sourcils broussailleux peints en blanc et sa mâchoire carrée pour ne voir qu’une posture. Un profil penché, un regard ingénu et le spectateur tombe dans le panneau : l’imaginaire collectif prend corps et ille/el devient icône de Féminité. Tant pis si comme dans le cliché ci-dessous ille porte une cravate.

Lady Warhol 1

Les regards frontaux sont parfois difficile à lire : les yeux parlent pour le corps, on y entend mille et mille choses et l’on se projette encore plus.

J’aime que Warhol ne donne pas une image de la femme figée, avec un seul canon,une seule attitude. Il y a bien sur la blonde pulpeuse de l’affiche, la brune en opposition, mais aussi tous types de caractères, ceux qui me sont sympathiques, auxquels je peux m’identifier, d’autres femmes qui me restent étrangères.

Lady Warhold, la brune

Une question me taraude, elle est valide pour les filles, Warhol et les trans-genre. A partir de quand se sent-on femme ? Comment se défini-t-on comme telle ? Est-ce le regard d’autrui (le photographe), du mâle ou des consœurs ? Is it a gut feeling? Si je parle de maternité, des féministes de la première heure m’enverront au pilori. Si je pense au charnel, c’est la populace entière qui me mènera a l’échafaud. Une femme ne se réduit pas a son vagin ou son utérus et nous sommes bien d’accord.
Est-ce une attitude alors ? Mais combien de mes amies ne mettent pas de rouge à lèvre mais sont femmes tout simplement ? Je pense aussi a ces italiennes qui mettent leur féminité en exergue, faites d’attributs sexuels et d’invitation au voyage : cheveux ondoyants, poitrine obus et fesses de pleine lune. Le mieux est l’ennemi du bien ; elles enferment la féminité dans une petite boite, réduisent le champ des possibles, condamnent la diversité du genre. Elles ne s’accoupleront qu’avec des mâles « dos argentés », eux aussi si certain d’être des hommes, enfermés dans leur petite boite. Mais à partir de quand et pourquoi un homme se sent-il homme ? Des testicules sont nécessaires (et encore…) mais pas suffisants. Est-ce se rendre a la salle de sport comme si sa vie en dépendait ? (comme le font les suédois par ailleurs si efféminés et si précieux). Me voila aussi loin d’être convaincue !

Il y a pourtant autant de manière d’être homme que femme, ce n’est pas réductible à un cliché. Warhol projette et saisi: en capturant une diversité de femmes sur la pellicule, il ouvre le champ des possibles masculins, laisse songeur… songeuse.

Lady Warhol, la blonde 


Publicités

"

  1. je tombe sur ton blog et ne peux plus le quitter, chaque article me faisant voyager en pensées et en émotions. Comment se fait-il que je n’y sois jamais venue avant? j’aurais envie de noter tous les articles en « excellent ».
    Du temps a passé depuis nos formations YFU ensemble, je rêve d’un verre ensemble à papoter pour retracer ces années et ce qui t’anime, ce qui te met en vie. Le mélange d’effervescence et de calme, de découvertes et de stabilité, d’international et d’ancrage qui transparait dans ton blog m’attire.
    Je suis heureuse d’avoir croisé ta route.

    • Chère Anne-Claire,
      Je suis heureuse que mon blog crée une telle résonance ! J’avais à l’époque suivi te pérégrinations en Europe centrale avec beaucoup d’intérêt, et reste fascinée par l’audace du projet.
      C’est vrai que l’animation d’YFU me parait un peu loin à présent, mais je suis heureuse de savoir que tu as pris le relais à un autre niveau, que tu contribueS à « porter » l’association !
      Je voudrai arriver à moins courir, et passer plus de24’h d’affilée en région parisienne et l’idée d’une causette autour d’un café me réjouit d’avance !
      Merci d’être revenue sur ma route, cela me touche beaucoup, à bientôt j’espère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s