France contre Suede: le chocs des professeurs…

Par défaut
France contre Suede: le chocs des professeurs…

Hier, j’étais contente par avance, je me suis réjouie comme à l’idée d’un petit plat, celui qu’on va déguster, savourer, parce qu’on le connaît bien et qu’il nous a manque…
Bref, GF, un professeur de la Sorbonne Paris IV venait faire un cours magistral au département de géo humaine, c’est un professeur qui avait déjà ravi mes oreilles pendant mon année de Licence en parlant de géographie culinaire, de cultures alimentaires et de voyages gustatifs…. La gourmande que je suis ne s’en lassait pas, et en redemande encore !

Pour ma part, j’ai été très contente de cette heure de cours magistrale, même si je ne découvrais pas le sujet tant mes souvenirs étaient vivaces. Les routes des saveurs et des céréales, les routes du pouvoir, du commerce, des grandes religions monothéistes… toutes coïncident, c’est plus une causalité qu’une corrélation : les humains font tant passer par le papilles et l’estomac ! Et puis il y eu une série de photos sur les consommations alimentaires : une famille avec face a elle, dans sa cuisine, tous les aliments consommé pendant une semaine. Les familles sont voulues représentatives de leur pays ou de leur culture. On y voit des Chinois avec une famille multigenerationelle et leur table couverte de légumes qui rêve d’aller au restaurant, des Japonais avec aussi beaucoup de légumes qui n’ont pas d’enfant mais une grand-mère de cent ans, des Australiens avec une masse de viande peu probable sur la table et des chips et des sodas et de la junk food à gogo, des Allemands avec beaucoup de produits provenant de l’industrie agroalimentaire inquiets de la qualité de leur alimentation, des paysans Équatoriens avec neuf enfants et des kilos de pomme de terre et de bananes qui mangent un carré de sucre comme un luxe inouï… et des Africains, avec des bidons d’eau et un maigre sac de millet. Le but était de montrer que les habitudes alimentaires ne sont pas mondialisées, que chaque pays, chaque culture s’approprie son alimentation, et que bien que le coc4 col4 se soit invité partout, il n’y a pas d’uniformisation des diètes et des pratiques. Un autre point est que là ou la culture de l’agriculture et de la cuisine sont importantes, la mal-bouffe ne passe pas (en France, en Italie ou en Chine).

Mais tous les professeurs et étudiants de la salle ne se sont pas laissés entraînés dans cette gymnastique de l’esprit. GF ne parlait pas la même langue qu’eux et la traduction n’était pas assez professionnelle pour assouplir le choc culturel. Les Suédois sont montés sur leurs grands chevaux à la vue de la photo de la famille Africaine, criant au scandale, clamant que cela n’était pas représentatif de l’Afrique. Certes, la famille présentée n’était pas d’un exemple d’optimisme, mais pour ma part, c’est la réalité de mon quotidien là bas. Ce que GF voulait montrer, ce sont les statistiques sur l’insécurité alimentaire présentées par toutes les institutions Onusiennes et surtout la FAO : 28% des Africains d’Afrique Sub-Saharienne sont sous-alimentés. Et sur le coup, les suédois n’ont pas fait preuve de flegme, et mon super-superviseur parmi eux, ont quitté la salle sur un air de scandale en disant qu’ils avaient mieux à faire qu’à écouter des conneries (je traduis le fond de leurs pensées). L’autre moitié des représentants de l’université suédoise a émis des critiques acerbes, comme quoi il n’expliquait pas le pourquoi de la géopolitique et-des-pauvres-indiens-americains/aborigenes-sous-le-joug-des-puissances-capitalistes-qui-tournent-obeses-a-cause-de-la-mal-bouffe… Mais GF n’expliquait pas le pourquoi du comment, il montre et identifie les phénomènes, c’est déjà pas mal… le reste est de la géopolitique alimentaire et c’est une autre discipline !

Bien que cela n’ait rien eu  à voir avec moi, je me suis sentie extrêmement mal-à-l’aise : voir des gens que j’estime en opposition frontale et ne réagissant pas très intelligemment était assez difficile à vivre. Je me suis sentie prise entre deux feux. C’était deux cultures universitaires s’opposant, et j’appartiens aux deux, je comprends les deux, et apprécie les deux, mais elles se semblaient pas réconciliables à ce moment là !

Publicités

Une réponse "

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s