Brousse et bavaradages : la famille demenage !

Par défaut

Mercredi 5 octobre 2011

Ce matin c’est branle-bas de combat pour déménager notre maison et notre famille nombreuse vers Ouaga, puis Kaya, il s’agit aussi de faire ma lessive car je n’ai plus rien a me mettre sur le poil, et aussi de faire un tour a Boursouma avant d’aller voir les nouveaux sites. J’ai comme l’impression de passer ma vie à faire mes valises, et ce n’est pas qu’une impression. Par contre je me passe volontiers de faire la lessive a la main ; je suis partagée entre la flemme de frotter et la volonté d’en finir avec la crasse et la poussière de mes vêtements… je me demande comment K a réussi a tomber amoureux de moi dans de telle conditions ! Bref, l’avantage avec toute cette chaleur c’est que le linge plus ou moins bien lave sèche en un rien de temps !

Je pars a Boursouma rejoindre Elin pour faire un entretien sous son regard attentif, pour recevoir ses conseils et ses observations. Hélas, le ménage face a nous n’était pas des plus facile a interviewer : en lieu et place d’un couple d’agriculteurs dans la force de l’âge, nous avons droit de rencontrer un notable qui fait du commerce, qu’on avait tire de force d’une réunion et que ca embêtait sincèrement d’être parmi nous. Nous avons donc galéré une heure durant pour lui faire comprendre à lui et son épouse l’exercice que nous attendons d’eux. Faire la liste de leur source de revenus – pour voir la proportion de revenus tirés des écosystèmes locaux – et de les quantifier suivant leur importance dans le foyer, les uns par rapport aux autres : l’artisanat par rapport aux poules, par rapport à l’argent reçu des migrants etcetera. Puis comment la maison est construite, certes tous utilisent briques de banco et bois de construction, branchage et paille, mais tous ne vont pas le chercher en brousse, certains les achètent et sont de plus en plus nombreux, ce qui est bien normal parmi les vieux, et c’est pour mieux cerner le phénomène que je voudrai parler aux plus jeunes… et enfin ce pour leur alimentation ce qu’ils tirent de leur environnement et ce qu’ils achètent, même si ce sont des céréales qui viennent de la voisine. Je n’étais pas d’humeur patiente ce jour là et ce couple m’a vraiment éprouvé. Je voulais faire preuve de mon art à Elin et à vouloir bien faire on apprend l’humilité. Nous n’avons pas encore pu discuter de ce qu’elle pense de ma méthode, bien que je sais que je n’ai pas a m’en faire, je ne pas m’empêcher de sentir poindre une inquiétude. Peur du jugement et de l’échec quand vous nous hantez…

En tout cas il a fait bon de rentrer à Ouaga et de goûter au confort de chez Tess.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s