C’est en se dépensant soit-même que l’on devient riche

Par défaut

Une frénésie de collage m’a prise au cours de la nuit, après avoir passé une semaine auprès d’amis artistes au cœur d’or, la création me démangeait, et elle m’est tombée dessus sous forme de collage. C'est en se dépensant soi-même que l'on devient riche

J’ai aimé fouiller dans ma bibliothèque d’images (une pile, une collection, un foutoir coloré et découpé…), me laisser subjuguer par des motifs, des figures, les assembler sans savoir où mes déchirages et découpages et collages me menaient, recycler une peinture qui ne menait nulle part pour lui donner une seconde vie, assembler le tout, et rester coi, au cœur de la nuit, au milieu des résidus de papiers, de la colle jusque dans les cheveux, à contempler l’œuvre de l’inspiration qui ne  semble pas être mienne lorsqu’elle me tombe dessus… Vidée de rechargée à la fois, excitée et paisible, accomplie et haletante encore.

C'est en se dépensant soi-même que l'on devient riche.

«La vie engendre la vie. L’énergie produit l’énergie. C’est en se dépensant soi-même que l’on devient riche.»

– Sarah Bernhardt

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s