Une matinée presque comme les autres

Par défaut

Ceci ne fut pas une journée comme les autres.

Observations de comportement (les prénoms sont modifiés) :

Marcel se dit fatigué en arrivant. S’excite rapidement – envoyé chez maîtresse D jusqu’au rassemblement

Raymond regard de défiance dès son arrivée. S’excite et refuse toute coopération, de ranger et venir au rassemblement

Marceau : s’excite au contact de Raymond et Marcel

Mathilde : ne veut pas être à l’école, se dispute, fait sa tête de pioche, veut rentrer chez elle. Se pince les doigts, pleure à grosses larmes, veut rentrer chez elle.

Narration

Appel à Maîtresse K pour qu’elle m’aide à canaliser le trio. Sont assis à une table et doivent rester calme 5min. Marceau y parvient et rejoint le rassemblement. Marcel et Raymond s’excitent et provoquent dès que je reviens dans la classe.

Je veux tenir la classe, je ne veux pas de ça dégénère et que les autres se dissipent. On chante des comptines. J’envoie les moyens au travail. Mais là ça dégénère. Je « perds » l’attention des moyens qui bâclent leur travail. Les grands ne sont plus à leur place et se dissipent. Marceau s’empare des nappes et les retourne. Les enfants se jettent dessus et les mettent sans dessus dessous. Marceau monte sur les tables, des enfants renversent des chaises. Les moyens se disputent les crayons qui finissent par terre.

J’appelle maîtresse K car je ne vois plus quoi faire face à l’excitation qui monte et qui est destructrice. Je veux faire sortir les élèves dans la cour de récréation à 9h40 car je ne nous vois pas continuer comme ça encore 20min.

Quand je reviens 10 min plus tard, la classe est plus ou moins rangée et les élèves sont assis au travail.

Très rapidement l’excitation monte de nouveau. La classe est de nouveau en bazar. Mathilde s’est fait mal et pleure à chaudes larmes elle veut rentrer chez elle. Par contre la plupart des élèves se mettent quand même en rang au moment de sortir. Je suis tout à fait décontenancée et excédée ; je me sens absolument impuissante et à bout de nerfs. Je décide de me retirer car ne me sens pas capable de reprendre ma classe après une telle première période. Je ne sais pas renverser la vapeur.

Publicités

Une réponse "

  1. Pingback: Grossesse sur canapé : Drama-drama, Acte 2, scène 1. | Les carnets d'Olivia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s