Je ne céderai pas

Par défaut

Tu peux me mordre, me menacer, m’insulter comme personne ne l’a jamais fait ; tu me pinces au sang, tu me frappes, coups de pieds, de poing, tu hurles, tu te tords, te traînes par terre. Tu me défies de tout tes 5 ans, tu craches au monde ta douleur d’être.

Je ne céderais pas.

Je te répéterai à chaque jour que nous passons ensemble que tu es un garçon formidable. Je te dirai que tu es intelligent, drôle, curieux, passionné, gentil… Je te les répéterai, ces mots là, ceux que tu n’entends pas si souvent. Pour qu’ils arrosent des petites graines qui germent en toi, un jour…

Je te raconterai que ta colère et ta tristesse ne sont qu’une petite partie de toi. Tu es infiniment plus que cette colère et cette tristesse : tu es d’abord et avant tout un garçon formidable ! Tu me regardes, tu ne veux pas me croire… C’est inédit tout ça.

Nous avons jusqu’à juin tous les deux pour avancer, pour arroser les belles graines de ton sourire…

J’y crois.

Publicités

Une réponse "

  1. Pingback: Grossesse sur canapé : Drama-drama, Acte 2, scène 1. | Les carnets d'Olivia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s