Iceland Babe !

Par défaut

Au printemps dernier, j’ai soulé la terre entière et les planètes alliées pour lever des fonds et surprendre Marat pour son anniversaire : je voulais l’emmener en Islande ! Grâce à vous ma chère famille et mes chers amis, ce voyage à eu lieu… MERCI !

Les petits messages de vos vidéos furent appréciés et le voyage fut… savouré, dévoré goulument, apprécié dans toutes les directions,  goûté au soleil de minuit, aimé jusque dans notre moëlle…

Bref, ce fut un exquis-voyage-mémorable ! <- cliquez là pour télécharger l’album photo !

Mais de fil en aiguille, je n’avais toujours pas pris le temps d’en finir l’album photo. Maintenant que je suis libérée (délivréééée) de mon mémoire de master, j’ai pris une après-midi de vacances, le nez dans le guide à transcrire l’orthographe très peu intuitive des lieux qui nous ont marqués et dans les photos de tous ces précieux moments…

Il manque aux photos le goût du poisson séché, celui des embruns, cette odeur de souffre… Il manque aux photos les heures et les heures que nous avons passées en piscine, allongés au chaud dans les petits bassins le nez au vent (ou à la pluie, mais surtout au soleil), dans les sources chaudes, les saunas. Il manque la lecture à haute voix de livres de développement personnel horripilants[1] qui ont accompagnés nos heures de route et nos discussions. Il manque le réchaud à gaz à l’abri de la voiture pour faire bouillir les œufs et le barbecue. Il manque les inombrables hot-dog qui nous ont remplis la panse jusqu’à la prochaine génération et demi. Il manque les sourires de la serveuse la plus adorable de la galaxie à Vegamot, les commentaires magnifiquement xénophobes d’une chauffeur de bus à Mytvatn. Il manque la rencontre fortuite d’un ancien voisin à la piscine de Reyjkavik. Il manque la rencontre avec le photographe américain Scott, qui vit dans son camper multifonction et a qui il manque un œil. Il manque l’histoire du frisbee qui n’a jamais servi la faute à trop de vent, les nuits fraîches dans notre camper au chaud (ou pas) dans les duvets. Il manque de sortir du camper le matin pour faire face à un paysage magique (surtout sur le parking d’Akuyeri). Il manque notre rêvé éveillé d’avoir notre propre campeur… Il manque Marat faisant sa gym quelque soit le vent, la pluie ou l’heure de la nuit. Il manque la sublime expression « Now we are going to leave those loosers behind » de notre guide… 300 mètres avant de s’embourber dans la neige fondue…

IMG_1815

2015-06-24 12.44.16

 

[1] « the 7 habits of highly effective people ». Don’t read it.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s