Baleine sur canapé : avis de tempête

Par défaut

Ce sont les vacances scolaires à l’école française de Stockholm, et j’ai un droit légitime à me reposer. Or, depuis le mois d’août, je sais qu’une invasion se prépare sur justement ces deux semaines de repos automnal. Baleine sur canapé ou non, l’invasion a commencé et est à la hauteur de mon affolement. Plus de canapé, plus de calme, rien ne va plus, tout se complique… Plus de musique, plus de chant, plus de matinée toute douce et lente quand le ventre est de chêne, plus de refuge…

L’avantage c’est qu’à terme, nous aurions un tantinet moins froid étant donné que le système de chauffage de notre petit immeuble est rénové de fond en comble. Cela n’empêche pas que l’isolement est archi-pourri et que les murs radient de froid, que le sol est glacial… On verra si ce nouveau chauffage changera la donne ! En attendant, c’est le chaos total : toutes les pièces sont affectées, et nous chauffons avec deux mini radiateurs portables – certes bien plus efficaces que notre chauffage central, mais énergivore version troupeau d’hippopotames. C’est un moindre mal. Ce qui fait vraiment mal, ce sont les ouvriers de 8h à 15h30. Un, deux, trois ou quatre d’entre eux, dans plusieurs pièces à la fois, faisant des allers-retours, des vas-et-viens, des trous et des trucs, transportant des bidules… Et moi au milieu de tout cela. Tapis, toshok et bazar entassés sur mon bateau-canapé (à moins qu’il soit navire-amiral ? Fier trois mâts dérivant entre les quarantièmes rugissants et les cinquantièmes hurlants…). Les meubles et les plantes déplacés. Grande naïve je m’étais installée à la table à manger. Grande naïve armée d’un bouclier en chêne qui ne supporte pas la position assise plus qu’une belle dizaine de minutes… Journée 1, échec, fin douloureuse… Journée deux, je me rapatrie sur notre vieux canapé dans la chambre, réduisant la distance entre mes allers-retours lit-canapé. Sauf quand évidement les ouvriers travaillent dans ma chambre, en même temps que dans le salon et la chambre du colloc. Refuge dans la salle de bain ? Ah non… Ils occupent même la salle de bain et l’entrée et la cuisine et… je me retrouve à la table à manger. J’y installe la chaise de bureau de K, me mets les pieds sur la table et essaye de faire quelque chose de ma journée malgré le ballet qui s’agite sous mes yeux. J’y perds mes routines rassurantes et structurantes. J’ai songé m’exporter, à me bouger dans un café ou à la bibliothèque de l’université. Or, je suis très enracinée, et mon univers prend de la place : bouquins de parentalité, notes, romans, broderie, tricot, couture, feutres, crayons de couleur, ordinateur, pull, grosses chaussettes… Si je sors, les épaisseurs d’intérieur se transformeront en épaisseurs d’extérieur avec un bonnet en plus. Mais il faudrait me sortir avec mon univers sous le bras, or je ne peux décemment rien porter. De 8h à 15h30 c’est un peu long… Il y a quelques boulangeries dont celles de ma boulangère préférée qui ouvrent bien tôt, mais le confort n’est pas optimal pour ma morphologie de cétacé-au-repos. A l’heure où j’écris nous en sommes au jour 2, si je suis optimiste, plus qu’une semaine et demi. Je me suis plus ou moins habituée à ma croisière au long cours sur canapé, je m’habituerai à mon invasion polonaise… Il reste un point où je dois combattre ma gêne : oser aller aux toilettes pendant leur présence. Eux les utilisent bien, alors pourquoi pas moi ?

travaux1Le bureau de Marat inutilisable, les plantes au bord de la fenêtre privées de leur lumière, au premier plan la montagne du canapé, tous les sols couverts et néanmoins sales sales sales, du matériel partout… Kochka mi-intriguée mi-paniquée…

Les histoires précédentes de Baleine-sur-canapé sur trouvent par ici ! N’hésitez pas à les lire pour mieux comprendre le contexte de ces non-aventures…

 

Publicités

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s