Archives de Catégorie: voyage-voyage !

Brousse et Bavardages : Des beautes de l’avion et des odeurs du Sahel

Par défaut

Lundi 19 septembre

Comme pour le calme avant la tempête, je commence mon voyage étonnamment sereine, comme une force tranquille, de celle qui suis ses pas. C’est une forme de méditation, celle de nourrir la sérénité en soi, la confiance en soi, et l’optimisme envers le monde. Face a mes collègues, je reprends un rôle qui m’est finalement familier dans ce genre de situation : celui de la fille qui sourit et qui est joyeuse, et calme à la fois, qui ne fait pas d’histoire mais qui mène surement sa barque. Je goûte le voyage qualité Air France, l’escale à l’aéroport Charles de Gaulle où j’inspire à poumons généreux l’air de la terre de  mes ancêtres. Le processus du voyage comme l’occasion du repos, du sommeil, de la détente, de ne pas gaspiller l’énergie dont j’aurai besoin bientôt. Lire la suite

Nostalgie

Par défaut
Nostalgie

Nostalgie à 3 heures du matin…

Sommeil de sourd, le somnifère assome, il est payé pour ça.

Pourtant pourtant, à la faveur d’un service de thé j’ouvre les yeux et regarde par la fenêtre. Il est 19h et des brouettes sur cette tranche du monde. Il fait nuit aussi. Une grande nostalgie du Colorado me saisit. C’est normal d’être nostalgique à 3h de matin non ? Je repense à mes familles d’accueil américaines, voilà trop longtemps que je n’ai pas donné signe de vie. J’ai l’impression de venir clandestinement de ce côté du monde… Si je suis si proche, pourquoi ne pas faire un détour, un crochet ? J’avais envisagé de faire un saut voir les cousins de NYC, puis Rome et l’Italie ont pris le pas. De l’urgence de passer du temps avec K, tout ce temps que nous n’avons pas au quotidien, ces week-end volés, le téléphone tard le soir… Bref, la possibilité de rejoindre K évacue toute autre possibilité de voyage. Et pourtant…

Je me suis donnée comme bonne excuse que je ne voulais pas déranger. No comment, c’est une mauvaise excuse. Lire la suite

En transition

Par défaut
En transition

Je ne vous raconterai pas mes désespérantes guignes de voyage. Le mauvais œil aéroportuaire ne vaut pas la peine qu’on s’attarde sur lui. J’en pleure, j’en ris… cela dépend de combien je me sens responsable.

Toujours est-il que cette semaine je suis passée par les aéroports de Stockholm, Bromma, Bruxelles, Zurich, Heathrow, Phœnix. J’ai entre-aperçu des pays, visité certains. Je suis presque allée en Suisse, j’en ai découvert les montagnes dans les nuages, parfois flottantes comme sur les gravures chinoises, parfois bien campées sur leurs vallons et prairies, vus du ciel. Ils y en a qui en font des photos, je les comprends. Mais y mettre les pieds et fouler la terre, respirer le paysage vu d’en bas est un plaisir qui fleurit en désir… Lire la suite